Quelques bases de la domination de l'État et de la soumission publique

28 avril 2014, par Robert Higgs

La familiarité peut en effet, comme le dit l'adage, engendrer le mépris, mais elle engendre aussi une sorte de somnolence. Les personnes qui n'ont jamais connu autre chose qu'un certain état de choses - même un état de choses extraordinairement problématique - ont tendance à ne pas le remarquer du tout, à le raconter, pour ainsi dire, comme si elles étaient somnambules. Telle est la situation des gens modernes par rapport à l'État. Ils l'ont toujours connu, et ils le considèrent comme allant de soi, comme on pourrait considérer le temps : qu'il apporte la pluie ou le soleil, des éclairs ou une brise printanière apaisante, il est toujours là, un aspect de la nature elle-même. Même lorsqu'elle s'avère destructrice, la destruction est toujours considérée comme un "acte de Dieu".

Cependant, si nous sommes liés à l'État de cette façon, ce n'est pas parce que cela est inscrit dans nos gènes, mais parce que nos conditions de vie et notre longue adaptation historique à la domination de l'État nous prédisposent à réagir de cette façon inconsciente. Les personnes qui ont vécu dans d'autres circonstances ont cependant réagi de manière très différente. Ce n'est que lorsque les populations humaines ont adopté une agriculture sédentaire qu'elles se sont montrées disposées à la domination de l'État. Pendant la période beaucoup plus longue de l'existence humaine dans de petites bandes de chasse et de cueillette, l'État était impossible : les gens avaient peu ou pas de réserves de richesses non périssables à piller, et si quelqu'un tentait d'imposer une domination étatique à une bande, ses membres s'enfuyaient tout simplement, mettant autant de distance entre eux et les exploiteurs que nécessaire pour échapper à la prédation du futur État. (Voir, par exemple, l'analyse récente de James C. Scott dans The Art of Not Being Governed : Anarchist History of Upland Southeast Asia).

Cependant, au cours des 5.000 à 10.000 dernières années, pour presque tous les peuples du monde, l'État a existé en tant que prédateur et abuseur généralisé des droits de l'homme, son pouvoir de domination et de pillage étant soutenu par son exploitation adroite des craintes des gens, dont beaucoup étaient liées à l'État lui-même, d'autres aux menaces extérieures contre la vie et l'intégrité physique dont l'État prétendait protéger ses sujets. En tout état de cause, presque tout le monde est devenu incapable d'imaginer une vie sociale sans État.

centrage photo

Pour les rares personnes qui ont réussi à se sortir de cet aveuglement vis-à-vis de l'État, deux questions principales viennent à l'esprit :
1/ Qui les agents de l'état - c'est-à-dire les caïds de l'État, les gardes prétoriens, les lèche-bottes et les collaborateurs du secteur privé - pensent-ils être pour nous traiter comme ils le font ?
2/ Pourquoi la quasi-totalité d'entre nous supporte-t-elle le traitement scandaleux de l'État ?

Ces questions peuvent facilement former - et en fait, elles ont déjà formé - le noyau d'innombrables livres, articles et manifestes. Bien que rien ne se rapproche d'un consensus, il semble assez clair que les réponses à la question (1) ont beaucoup à voir avec la présence généralisée de personnes méchantes et arrogantes qui ont un avantage comparatif dans la violence et la manipulation de leurs victimes. Face au choix fondamental entre ce que Franz Oppenheimer appelait les moyens économiques d'obtenir des richesses (par la production et l'échange) et les moyens politiques (par le vol et l'extorsion), les membres des classes dirigeantes ont opté résolument pour ces derniers. Le pape Grégoire VII (1071-1085), le leader de la révolution papale qui a commencé pendant sa papauté et s'est étendue sur près de cinquante ans (et même plus en Angleterre), n'a pas mâché ses mots lorsqu'il a écrit (comme le cite Harold Berman) : "Qui ne sait que les rois et les princes tirent leur origine d'hommes ignorants de Dieu qui se sont élevés au-dessus de leurs semblables par l'orgueil, le pillage, la trahison, le meurtre - bref par tout type de crime - à l'instigation du diable, le prince de ce monde, des hommes aveugles de cupidité et intolérables dans leur audace." Il est possible, bien sûr, que certains dirigeants politiques aient cru sincèrement qu'ils avaient une base juste pour leur domination sur leurs semblables - de nos jours, en particulier, la croyance qu'une victoire électorale équivaut à l'onction divine semble en avoir beaucoup sous son charme - mais une telle tromperie ne change rien aux réalités de leur situation.

Quant à savoir pourquoi nous nous soumettons aux outrages de l'État, les réponses les plus convaincantes ont trait à la peur de l'État (et aujourd'hui, pour beaucoup, à la peur de la responsabilité personnelle également), à l'appréhension de devoir prendre des risques lorsque d'autres victimes ne parviennent pas à joindre leurs forces à celles qui résistent en premier lieu et, probablement le plus important, avec l'"hypnose" idéologique (comme l'a théorisé Léon Tolstoï) qui empêche la plupart des gens de pouvoir imaginer la vie sans l'État ou de comprendre pourquoi la prétention de l'État à une immunité intrinsèque contre la moralité qui lie tous les autres êtres humains est la plus pure des foutaises. Si un individu ordinaire ne peut moralement commettre un meurtre ou un vol, les individus qui composent l'État ne le peuvent pas non plus ; et, bien sûr, les particuliers ne peuvent pas déléguer leurs droits de voler ou de tuer à l'État parce qu'ils n'ont pas ces droits en premier lieu. Comme Tolstoï, de nombreux écrivains ont reconnu que les classes dirigeantes travaillent très dur pour inculquer à leurs victimes une idéologie qui sanctifie l'État et ses actions criminelles. À cet égard, on se sent obligé de convenir que de nombreux États ont historiquement connu un succès étonnant dans cette quête. Ainsi, sous les nazis, les Allemands ordinaires se croyaient libres, tout comme aujourd'hui les Américains ordinaires se croient libres. La capacité de l'idéologie à aveugler les gens et à les conduire vers le syndrome de Stockholm semble avoir peu de limites, bien qu'un régime comme celui de l'URSS, qui a enfermé la masse de la population dans une pauvreté persistante, a fini par constater que ses tentatives de produire un enchantement idéologique chez ses sujets victimes finissent aussi par produire concrètement des rendements progressivement décroissants.

Ainsi, une combinaison astucieuse, bien que toujours changeante, de force arrogante et de fraude impudente peut être considérée comme les principaux ingrédients que l'État utilise dans ses efforts multiformes pour induire la somnolence chez ses victimes. Bien sûr, une certaine quantité de cooptation ajoute un épice essentiel au mélange, et tous les États font donc des efforts pour rendre à leurs victimes un morceau du pain qu'ils leur ont arraché. Pour ce don gracieux, ils sont généralement très reconnaissants.

Auteur : Robert Higgs
Le Dr Robert Higgs est à la retraite et vit au Mexique. Il a été chargé de recherche en économie politique à l'Institut indépendant et rédacteur en chef de longue date de l'Independent Review ; il a également été chargé de recherche à l'Institut Mises. Il a reçu en 2007 le prix Gary G. Schlarbaum pour l'ensemble de son œuvre en faveur de la liberté, et en 2015 la médaille Murray N. Rothbard pour la liberté.

Article original publié le 28 avril 2014 sur Mises.org et sur The Beacon
Repris sous licence CC by-nc-nd

Traduction : Vincent Andres, pour libland.be.


Pages connexes

Liens additionnels


Retweeter