La Catalogne cherchera à négocier à Bruxelles si Madrid refuse l'autodétermination

Le président catalan demande au camp indépendantiste de trouver un terrain d'entente pour les prochaines élections

18 août 2020, par vilaweb.cat

Le président catalan, Quim Torra, a insisté pour que le gouvernement espagnol accepte de parler d'autodétermination afin de poursuivre les pourparlers qui ont commencé en février et qui ont été interrompus en raison de Covid-19. Dans une interview avec l'Agence de presse catalane (ACN) publiée mardi, le chef catalan a déclaré qu'il avait l'intention de porter la négociation sur la crise de l'indépendance en Europe.

"Assez avec cette farce. Les gens veulent la vérité. Êtes-vous (l'Espagne) prête à négocier le droit à l'autodétermination de la Catalogne ? Oui ou non ? Si non, faites-le nous savoir afin que nous puissions négocier à Bruxelles et arrêter de perdre notre temps", a déclaré M. Torra. Il a appelé l'Espagne à établir un ordre du jour pour une réunion qui énonce "clairement" les conditions d'un référendum d'autodétermination et d'amnistie pour les personnes condamnées ou accusées après la poussée indépendantiste de 2017.

"Si nous ne voyons pas cela écrit sur un papier, nous ne participerons pas à la table des négociations et nous chercherons à discuter en Europe, comme (nous le faisons) sur le plan judiciaire", a-t-il ajouté, demandant au cabinet espagnol de préciser s'il est prêt à parler d'un référendum - Pedro Sánchez a nié à plusieurs reprises au cours des derniers mois tout intérêt pour un accord sur un vote d'indépendance.

Négociations hors d'Espagne

"N'est-il pas juste que nous soyons arrivés à la conclusion qu'il est impossible qu'un partisan de l'indépendance soit jugé avec neutralité en Espagne ? Et qu'un président (Torra lui-même) soit sur le point d'être exclu de ses fonctions pour avoir accroché une banderole en faveur de la liberté d'expression ? Avec le dialogue, la même chose se produira, et nous ne trouverons de négociation qu'en dehors de l'Espagne", a-t-il déclaré lors de son entretien avec ACN.

Torra a été destitué de ses fonctions pour ne pas avoir retiré les pancartes en faveur des leaders indépendantistes emprisonnés et exilés dans un délai fixé par le conseil électoral espagnol lors de la campagne électorale d'avril 2019. Cependant, la décision, prise en décembre par la Haute Cour de Catalogne, n'est pas définitive, et la Cour suprême réexaminera son cas lors d'une audience le 17 septembre.

Élection éclair

Si les principaux juges confirment la condamnation, il sera automatiquement évincé du pouvoir et, à moins que le parlement catalan ne réunisse une majorité suffisante pour choisir un nouveau président, une élection rapide sera organisée.

Il reste donc un mystère de savoir si Torra convoquera l'élection avant d'être destitué - au cours de l'interview, il a déclaré que la date "ne sera pas fixée par le pouvoir judiciaire espagnol", mais que la priorité est maintenant de combattre le Covid-19.

Tôt ou tard, les Catalans auront leur mot à dire - au plus tard en décembre 2021 - et le président catalan a déclaré que les partis pro-indépendance doivent "clarifier dans leurs manifestes" comment la voie vers une séparation d'avec l'Espagne doit se poursuivre.

centrage

Article original publié le 18 août 2020 sur vilaweb.cat, sous licence CC by-nc-nd

Traduction : Vincent Andres, avec DeepL.com.


Pages connexes

Liens additionnels


Retweeter