Villes privées libres : L'avenir de la gouvernance

30 mai 2020, par Titus Gebel

Une chose que COVID-19 changera probablement, même lorsque le virus ne sera plus une menace immédiate, est le nombre de travailleurs à domicile. Ce nombre est censé rester plus élevé qu'auparavant. Sous la contrainte, les entreprises ont découvert que de nombreux travaux peuvent effectivement être effectués à distance, ce qui permet à l'employeur et à l'employé d'économiser du temps et de l'argent. La question logique suivante est : si vous pouvez travailler pratiquement partout dans le monde, pourquoi ne pas choisir le lieu de résidence qui correspond le mieux à vos préférences personnelles ? S'il n'est plus nécessaire de se déplacer là où se trouvent les emplois - nous pouvons nous déplacer vers des endroits où la gouvernance est la meilleure.

Imaginez que vous vivez dans un État qui vous impose des taxes importantes et qui modifie constamment les règles tout en ne vous donnant pas la possibilité de dire à quoi servent ces taxes. Au lieu de cela, des groupes d'intérêts particuliers obtiennent ce qu'ils veulent, souvent à l'encontre de la volonté démocratique. De plus, supposons que cet État vous infantilise en vous disant comment parler, avec qui contracter et à quelles conditions. Cela vous semble familier ? Vous n'aimez peut-être pas cela, et vous n'êtes pas seul. Selon les sondages, 80 % des citoyens américains sont mécontents de la façon dont ils sont gouvernés - quel que soit le camp au pouvoir.

S'il y avait une meilleure option, vous iriez là-bas - et l'essor du travail mobile nous donne cette flexibilité. Bien sûr, il y a d'autres considérations, comme la culture, la famille, la langue, la religion et l'attrait du climat et du paysage. Cependant, au bout du compte, de nombreuses personnes iront là où elles sont le mieux traitées.

C'est un monarque qui a reconnu ce point : le prince Hans-Adam II de Liechtenstein. Dans son livre révolutionnaire, "L'État au troisième millénaire", il affirme que pour survivre, l'État doit passer du statut de demi-dieu à celui de fournisseur de services.

centrage photo

Le gouvernement en tant que service

C'est vraiment aussi simple que cela, car le gouvernement n'est en fait qu'un service comme un autre. Vous en attendez quelque chose, en particulier la protection de la vie, de la liberté et de la propriété, et vous êtes prêt à payer en échange. Vous n'êtes pas satisfait lorsque les services ne sont pas bien exécutés, ou si le prestataire de services s'implique dans toutes sortes d'autres activités, que vous n'avez pas demandées mais pour lesquelles vous êtes censé payer. Et il y a pire : dans la plupart des pays, la relation du citoyen avec le gouvernement ressemble à celle d'une personne qui veut acheter une voiture - mais le concessionnaire automobile insiste pour qu'il choisisse le modèle, la couleur, la taille du moteur, l'intérieur, et décide finalement du prix que vous devez payer pour l'acquérir. Et vous n'avez pas le choix, vous devez acheter. Ce n'est pas vraiment une transaction intéressante, n'est-ce pas ? Mais pour la plupart des gens, cela décrit exactement votre relation avec votre "fournisseur de services gouvernementaux", l'État dans lequel vous vivez.

Dans le monde réel, il peut sembler que vous ayez le choix entre de nombreux "concessionnaires automobiles", à savoir près de 200 pays. Malheureusement, ils sont tous fondamentalement du même type, car ils prennent tous toutes les décisions importantes à votre place. Et même les endroits qui semblent attractifs sur le papier ont le pouvoir de changer toutes les règles du jour au lendemain à votre désavantage, que ce soit l'oeuvre d'un dirigeant, d'un monarque ou du parlement.

Par contre, imaginez un système dans lequel une entreprise privée, le prestataire de services publics, vous offre la protection de votre vie, de votre liberté et de votre propriété. Ce service comprend la sécurité intérieure et extérieure, un cadre juridique et réglementaire et un règlement indépendant des litiges. Vous payez un montant contractuel fixe par an pour ces services, il existe donc un véritable contrat social, et non un contrat fictif. Au-delà de cela, vous vous occupez de tout le reste par vous-même, mais vous pouvez aussi faire ce que vous voulez, limité uniquement par les droits des autres et les règles de coexistence convenues par contrat.

Le prestataire de services publics, en tant qu'opérateur de la communauté, ne peut pas modifier unilatéralement ce "Contrat civique" avec vous à une date ultérieure. Les litiges entre vous, en tant que "citoyen contractuel", et le prestataire de services publics seront entendus par des tribunaux d'arbitrage indépendants, comme il est d'usage dans le droit commercial international. Si l'opérateur ignore les sentences arbitrales ou abuse de son pouvoir de toute autre manière, ses clients s'en vont et il fait faillite. Les opérateurs ont donc un risque économique et une incitation à bien traiter leurs clients et à respecter le contrat.

Ce modèle est appelé "ville privée libre".

La création d'une ville privée libre nécessite un accord contractuel avec un État existant. Dans cet accord, la nation hôte accorde à la société d'exploitation le droit d'établir la ville privée libre sur un territoire défini conformément aux conditions convenues. Mais pourquoi les États en place devraient-ils accepter cela ? Comme pour toutes les opérations de troc, il n'y a qu'une seule raison : leurs propres intérêts. Les États peuvent accepter de céder une partie de leurs pouvoirs pour un territoire donné s'ils espèrent en tirer des bénéfices encore plus importants. Il faut donc créer une situation gagnant-gagnant. S'inspirant de l'histoire des zones économiques spéciales, la création de villes privées libres dans des zones structurellement faibles non seulement augmente l'attractivité de la région environnante, mais y crée aussi des emplois et des investissements qui, en fin de compte, profitent à l'État hôte.

Le problème insoluble de la politique

Pourquoi est-il logique de limiter les "services gouvernementaux" à la protection de la vie, de la liberté et de la propriété ? Thomas Hobbes a reconnu à juste titre dans son célèbre livre Léviathan qu'un monopole d'État sur l'utilisation de la force crée un ordre pacifique qui profite en fin de compte à tous les habitants. Malheureusement, cet avantage se transforme rapidement en son contraire si l'État utilise son monopole de la force pour atteindre des objectifs qui vont au-delà du renforcement et de la protection de la paix. C'est alors que l'État commence à faire de la politique et à imposer des objectifs politiques - qui ne sont toujours que les objectifs d'un certain groupe de citoyens - à tous les autres. En fin de compte, cette vision de la politique signifie qu'il faut imposer sa vision du monde à tous les autres. Mais les gens sont différents, et ce qui est bon pour une personne peut être mauvais pour une autre. Des valeurs subjectives différentes et des situations de vie objectives différentes font que toute "solution politique" laisse derrière elle ceux qui ont été contraints de faire quelque chose contre leur gré. Faire de la politique, c'est prendre parti et faire des souhaits d'un groupe la référence pour tous - par la force, si nécessaire.

Dans de tels systèmes - et nous y vivons actuellement - les victimes de la politique partisane sont encore plus sans défense qu'elles ne le seraient dans l'état de nature de Hobbes. Le monopole de la force de l'État est désormais dirigé contre eux et ils doivent tolérer, par exemple, qu'une grande partie de leurs revenus et de leurs biens leur soit retirée et redistribuée sans pouvoir se défendre. Lorsque le monopole de la force de l'État devient un instrument de partialité politique, le concept original perd son pouvoir et derrière la façade de l'État pacifique surgit une lutte perpétuelle - cette fois-ci politique - des groupes rivaux. La politique devient alors une guerre civile invisible, dont l'absence de violence ouverte provient du fait que les victimes de l'ingérence de l'État n'ont aucune chance réaliste de se défendre. La paix obtenue est illusoire, fondée sur la suppression effective des intérêts divergents. C'est la véritable raison des 80% de mécontents évoqués précédemment.

Il est donc contre-productif de donner à l'État un pouvoir qui va au-delà de la garantie de la sécurité intérieure et extérieure. Une fois la paix établie, la seule tâche gouvernementale légitime est de veiller à ce que les citoyens n'imposent pas leur volonté aux autres ; l'État lui-même ne peut recourir à la force que pour faire respecter ce principe.

A l'inverse, dans une Ville Privée Libre, chacun est le Souverain de Soi qui, par accord volontaire, conclut un véritable contrat avec un prestataire de services plus ou moins ordinaire, le Contrat Civique. Les deux parties ont les mêmes droits formels et sont donc juridiquement sur un pied d'égalité. La relation entre l'autorité et le sujet est remplacée par la relation entre le client et le prestataire de services. Contrairement aux systèmes conventionnels, où le citoyen est obligé de payer des impôts sans avoir un droit correspondant à des prestations, dans une ville privée libre, le service et la contrepartie sont directement liés. Les deux parties contractantes ont droit à l'exécution du contrat, c'est-à-dire que l'opérateur peut exiger du citoyen contractuel le paiement de la contribution fixe, mais pas de frais supplémentaires. À son tour, le citoyen contractuel peut poursuivre l'opérateur pour le respect de ses obligations contractuelles, par exemple en assurant la sécurité et le fonctionnement d'un système de droit privé. Le fait de savoir qui est actuellement responsable de la société d'exploitation, ou à qui elle appartient, est sans impact sur le fonctionnement du modèle.

Une ville privée libre n'est donc pas une utopie, mais plutôt une idée d'entreprise dont les éléments fonctionnels sont déjà connus (c'est-à-dire la fourniture de services contractuels) et qui ne doivent être transférés que dans un autre secteur, à savoir celui de la cohabitation. Basiquement, en tant que prestataire de services, l'opérateur ne garantirait que le cadre dans lequel la société pourrait se développer ouvertement au sens d'un "ordre spontané" (F.A. von Hayek).

La fonction de la concurrence

La concurrence est un mécanisme extrêmement fructueux dans la coexistence humaine, car elle sert à la fois de méthode de découverte, de filtre qualitatif et de moyen de désautonomisation. Ce n'est qu'en créant de petites unités qui expérimentent de nouvelles choses que la concurrence entre les systèmes peut être activée. Après tout, si les citoyens, c'est-à-dire les clients, peuvent facilement migrer vers le fournisseur le plus proche, alors les gouvernements devront également faire attention à ce qu'ils font. Plus les États sont grands, moins c'est le cas.

Alors que le courant dominant suppose que des entités toujours plus grandes, comme l'UE, et même un gouvernement mondial, sont le cours inévitable des choses, le marché libre en a décidé autrement depuis longtemps. Il n'y a qu'une dizaine d'entreprises dans le monde qui comptent plus d'un million de salariés, et une seule qui en compte plus de deux millions, à savoir Wal-Mart. Comme il s'agit là d'une conséquence naturelle et non planifiée de la concurrence, il semble qu'au-delà d'une certaine limite, les économies d'échelle se transforment en inconvénients. Pourquoi devrait-il en être autrement pour la société, composée de communautés locales ?

Les villes privées libres viendront. Vous pouvez y compter. Comment en être sûr ? Parce qu'il y a une demande, et qu'elle augmente de jour en jour.

Titus Gebel est un entrepreneur allemand titulaire d'un doctorat en droit international et disposant d'un réseau mondial. Il a notamment fondé la société minière Deutsche Rohstoff AG, cotée en bourse à Francfort, a pris sa retraite en tant que PDG en 2015 et a émigré avec sa famille à Monaco. Avec Free Private Cities, il veut créer un produit entièrement nouveau sur le "marché du vivre ensemble". En cas de succès, il permettra d'accélérer connaissance et progrès pour l'humanité. Titus a écrit le livre "Free Private Cities - Making Governments Compete For You", dans lequel il expose les fondements théoriques et pratiques. En même temps, il travaille avec ses partenaires pour faire de la première ville privée libre une réalité.

News originale publiée le 30 mai 2020 sur ftn.media
Repris via licence CC4 by nc nd

Traduction : Vincent Andres, pour libland.be.


Pages connexes

Liens externes


Retweeter