La sécession en Virginie désamorcerait le conflit de l'État sur les armes à feu

24 janvier 2020, par Ryan McMaken

Au début de ce mois, le sénateur de l'État de Virginie occidentale Charles Trump a présenté une résolution du Sénat demandant aux citoyens du comté de Frederick d'envisager de rejoindre la Virginie occidentale. En d'autres termes, le Sénat de Virginie occidentale a invité le comté à faire sécession de la Virginie et à rejoindre la Virginie occidentale. Le Sénat a ensuite adopté la résolution.

De telles résolutions ne changent rien aux lois, mais le vote du Sénat était en partie une réponse au mécontentement exprimé par certains Virginiens concernant le programme législatif du nouveau gouvernement de Richmond. Comme l'a fait remarquer Tho Bishop lundi sur Mises.org, de nombreux habitants du comté de Frederick, comme ceux des autres comtés situés en dehors des zones contrôlées par les démocrates dans l'est et le nord-est de l'État, sont préoccupés par les efforts croissants du gouvernement de l'État pour imposer de nouvelles restrictions sur la possession d'armes à feu - parmi d'autres nouvelles réglementations - aux habitants de Virginie.

Si les opposants au vent idéologique qui souffle actuellement sur la Virginie se retrouvent en minorité permanente, il se pourrait bien que la seule méthode pour défendre la position minoritaire soit de quitter l'État. Mais la "sortie" peut théoriquement être obtenue de plus d'une manière. Elle peut se faire sur une base individuelle, bien sûr, lorsqu'une seule personne se délocalise. Elle peut aussi se faire par le biais d'une sécession juridictionnelle.

Dans le cas de la Virginie, il n'y aurait rien de nouveau à ce que certaines parties de l'État se séparent du gouvernement contrôlé par Richmond. La même chose s'est produite pendant et après la guerre civile américaine. À l'époque, le Sud montagneux était moins enclin à soutenir l'esclavage - et plus enclin à être unioniste - que les zones de plantation. Cela était également vrai pour les régions montagneuses de Virginie.

Les politiciens du Nord ont profité de cette scission et ont promis l'indépendance - et donc une plus grande autodétermination aux comtés occidentaux de la Virginie - s'ils se séparaient du gouvernement de la Virginie contrôlé par de riches planteurs. Bien que le processus par lequel cela s'est produit soit juridiquement sommaire, la Cour suprême des États-Unis a néanmoins approuvé la sécession de la Virginie occidentale en 1871.1 Quelques considérations pratiques

Il existe bien sûr des obstacles pratiques à la sécession. Les entreprises seraient soumises à des réglementations différentes, et le code pénal serait légèrement différent pour les résidents du comté, celui-ci passant à un nouvel État. Les budgets de l'État devraient être modifiés pour tenir compte des nouvelles frontières.

Le droit fédéral, bien sûr, resterait inchangé dans tous les domaines, et les questions de diplomatie mondiale ne seraient pratiquement pas affectées. L'implication du Congrès ne doit pas aller bien au-delà de la répartition des membres du Congrès une fois que le prochain recensement décennal aura lieu.

Malheureusement, le parti pris du statu quo amènerait beaucoup de gens à rejeter émotionnellement tout changement. La façon dont les choses ont "toujours" été faites sera présentée comme une justification pour garder les choses telles qu'elles sont, essentiellement pour toujours. La sécession : Un impératif moral

Mais y a-t-il un argument moral contre la sécession de la Virginie ? Pas si nous prenons au sérieux les idées d'autodétermination et de droits de l'homme.

Si les groupes minoritaires se retrouvent de façon permanente dans la minorité, quel recours ont-ils si les frontières sont également fixées de façon permanente ? Certains pourraient suggérer que ces personnes peuvent franchir les frontières de l'État. Mais comme les frontières d'un État peuvent se trouver à des centaines de kilomètres dans un grand État comme la Virginie, une diaspora forcée obligerait probablement les populations minoritaires à dissoudre leurs communautés. Certains suggèrent que les membres de la minorité devraient faire confiance au système judiciaire pour protéger leurs droits. Mais l'histoire américaine est jonchée de décisions de la Cour suprême dans lesquelles les tribunaux ont soit refusé d'agir, soit se sont explicitement rangés du côté des gouvernements contre les droits des citoyens.2

Même si les décisions des tribunaux vont dans le sens de la minorité à court terme, il n'y a pas de lutte contre la majorité à long terme. Après tout, les juges ne sont pas à l'abri des courants de changement idéologique imposés par les groupes majoritaires - et les facultés de droit qu'ils contrôlent. Ainsi, comme l'économiste et théoricien social Ludwig von Mises l'a fait remarquer dans son livre de 1927 intitulé Liberalism :

Quand [un membre de la minorité] se présente devant un magistrat ou un fonctionnaire administratif comme partie à un procès ou à une requête, il se tient devant des hommes dont la pensée politique lui est étrangère parce qu'elle s'est développée sous différentes influences idéologiques... À chaque fois, le membre d'une minorité nationale est amené à sentir qu'il vit parmi des étrangers et qu'il est, même si la lettre de la loi le nie, un citoyen de seconde classe.

Dans les décennies qui ont suivi la Première Guerre mondiale, lorsque les frontières nationales ont été redessinées en fonction de l'appartenance ethnique, Mises était très conscient des problèmes auxquels étaient confrontées les communautés minoritaires qui se retrouvaient dans des juridictions plus vastes contrôlées par des groupes qui différaient par leurs origines et leurs idéologies.

Lorsqu'il s'agissait de protéger leurs droits, les groupes minoritaires ne pouvaient pas se contenter de faire confiance aux prochaines élections ou aux juges du gouvernement, et espérer que l'on puisse leur donner une chance de s'en sortir.

centrage photo

Article original publié le 24 janvier 2020 sur mises.org
Repris via licence CC by-nc-nd

Traduction : Vincent Andres, pour libland.be.


Pages connexes

Liens externes


Retweeter